Les origines de la race charmoise

La race a été créée en 1850, sur un territoire pauvre, en Sologne, dans le Loir et Cher, par Edouard Melingié dans son domaine qui s’appelait «La Ch...

Les aptitudes

Ses qualités de rusticité et de résistance sont reconnues. Elles lui permettent de s’adapter à la plupart des situations de plein air. La Charmoise ...

Les particularités

• A croissance lente, la Charmoise est idéale pour la production d’agneaux de qualité, à l’herbe, avec une très faible utilisation de complément. At...

Conduite de l'élévage

Par rapport aux espèces bouchères lourdes comme le charolais, Ile de France, Texel, etc…, la charmoise consomme beaucoup moins et il y a plus de bre...

Présentation de l'élévage

Petit élevage créé en 1999 de 60 à 65 brebis, sur un territoire exigu et pauvre, cheptel de race pure constitué d’animaux inscrits (bélier en proven...

  • Les origines de la race charmoise

  • Les aptitudes

  • Les particularités

  • Conduite de l'élévage

  • Présentation de l'élévage

Les particularités

slider

• A croissance lente, la Charmoise est idéale pour la production d’agneaux de qualité, à l’herbe, avec une très faible utilisation de complément.

Attention, l’éleveur doit faire des économies d’aliment et s’adapter : même en croisement, à l’inverse, un excès de complément provoque « du gras » surtout sur les agnelles.

• Le bélier est aujourd’hui très utilisé pour la lutte des agnelles de toutes les races. En effet, grâce à la finesse de l’ossature de l’espèce, l’agneau est petit et fin. Ainsi, c’est la certitude d’agnelage simplifié et d’un taux de mortalité très faible.

• Le taux de prolificité est faible (1,1). Il est jugé par certains comme un inconvénient économique, par d’autres comme un avantage de la conduite du troupeau.

• La race a des aptitudes au déssaisonnement naturel qui permet, pour un certain nombre non négligeable de brebis, la production de 3 agneaux sur 2 ans

• Sa finesse d’os lui permet un rendement de viande supérieur à 50 % (poids moyen de 17 kg pour le mâle et 15 kg pour l’agnelle).

• Sa viande, parfois de présentation un peu grasse, est persillée, très tendre, son goût moins marqué « mouton » même quand l’agneau prend de l’âge. On peut dans des conditions économiques encore profitables, différer la vente des agneaux, avantage pour la vente en direct.